Les animaux

LE DRAGON

Le dragon se jette droit sur l’adversaire. Si l’adversaire à l’initiative de l’attaque, le dragon s’avance en biais et bloque l’attaque au moyen des mouvements circulaires enchaînes avec des coups droits.

Les exercices d’entrainements visant à renforcer le poignet et l’avant bras consiste à faire tourner d’un côté sur l’autre un pot rempli de sable ou de plomb de chasse.

LE TIGRE

Le tigre personnifie la force extérieure et l’agilité. Les coups sont portés avec la base de paume ou avec des doigts repliés en forme de griffe suivant une trajectoire courte et orientée vers le bas. A chaque mouvement d’un bras, l’autre libre effectue un mouvement opposé, de façon de conserver l’équilibre au moment de l’impacte.

Les parties du corps de l’adversaire les plus visées sont le visage, le cou, l’intérieur des bras, les côtés, le bas-ventre.

Pour acquérir la poigne de fer indispensable, l’entraînement consiste à lancer en l’air un petit sac de toile contenant des plombs de chasse et à l’attraper au vol quand il redescend.

LE LEOPARD

Le style le léopard se situe entre celui du dragon et celui du tigre. Une de ses attaques caractéristiques consiste à frapper l’adversaire avec ses phalanges pliés.

Les pratiquants frappent des coups secs et portent des coups sur des parties vitales de l’adversaire comme le dessus et le dessous du nez, le menton, la tempe, la gorge, le sternum, les côtes, et le bas-ventre.

La grue fait appel à d’amples mouvements, d’esquive exigeant légèreté et l’agilité.

On reste cependant près de l’adversaire pour pouvoir lui porter des coups légers et rapides. Les mouvements de mains rappellent le bec de la grue. Leur manque de puissance est compensé par la précision. Le corps est en état d’équilibre parfait. Les coups sont généralement portés avec des doigts serrés, les blocages se faisant soit avec le dos du poignet soit avec la main ouverte, comme pour une gifle.

LE SERPENT

Le style du serpent utilise moins de force musculaire que les 4 autres. Il fait appel à la force « interne » et à des mouvements sinueux pour atteindre rapidement les yeux, la tempe, la gorge, le plexus solaire et le bas-ventre. La pointe des doigts est l’arme essentielle.